Arrêté à Montréal: le «Parrain du pot» américain fait fi des autorités

John Robert Boone, le fugitif américain de 73 ans surnommé le «Parrain du pot» arrêté à Montréal jeudi, a comparu vendredi devant les autorités canadiennes de l’immigration, mais a refusé de répondre aux questions, a appris l’Agence QMI.

«L’audience s’est tenue à la prison, a expliqué Christian Tessier, de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada, dans un courriel. Il était présent lors de son audience. Il était très calme. Il a refusé de répondre aux questions reliées à son dossier. Des explications pour obtenir un conseiller lui ont été données.»

Recherché depuis 2008

John Robert Boone, alias Johnny Boone, était recherché aux États-Unis depuis 2008 pour fabrication et possession de marijuana en vue d’en faire la distribution.

Le mandat d’arrestation contre lui avait été lancé par les autorités du Kentucky qui avaient découvert cette année-là dans sa ferme de Springfield plus de 2400 plants de marijuana.

«C’était la troisième offense fédérale pour Boone», a écrit sur Facebook, vendredi, la Kentucky State Police, ajoutant qu’il risque la prison à vie. «Boone a fui la justice après l’émission du mandat d’arrestation contre lui. [L’émission] America’s Most Wanted avait déjà diffusé des informations sur Boone.»

Boone est un criminel notoire aux États-Unis. Il était le dirigeant de la «Cornbread Mafia», un groupe qui avait mis en place dans plusieurs États un des plus importants réseaux de production de marijuana de l’histoire du pays. En 1987, plusieurs dizaines de membres de ce groupe, dont Boone, avaient été arrêtés et accusés pour avoir fait pousser 182 tonnes de marijuana, ont rappelé plusieurs médias américains depuis jeudi.

Boone avait écopé de plusieurs années de prison à cette époque.

En Cavale

En 2008, après la descente policière sur sa ferme, Boone avait réussi à fuir. Jusqu’à son arrestation près de l’intersection Atwater et Sainte-Catherine, à Montréal, il était en cavale.

En septembre dernier, l’Agence des services frontaliers du Canada, responsable de l’application de la loi en matière d’immigration, a reçu de l’information voulant que Boone soit au Canada. Un mandat d’arrestation a alors été lancé par l’ASFC, a indiqué Christian Messier dans son courriel.

Read More..

views : 372 | images : 1 | Bookmark and Share

Enter your comment below