Saison difficile pour les abeilles

STOKE – Les producteurs de miel ne l'ont pas facile cette année. Le printemps pluvieux et la mortalité hivernale plus élevée qu'à la normale chez les abeilles ont retardé la production du précieux liquide sucré.

L'hiver dernier, la mortalité des abeilles a été plus élevée qu'à la normale et le printemps particulièrement pluvieux n’a pas non plus aidé la situation, ce qui fait en sorte que les cheptels d'abeilles en ont souffert.

«Ce n’est pas évident. Les parasites, les maladies, les pesticides, la température qui n'est pas de notre côté, je vais voir dire que c'est beaucoup de facteurs qui affaiblissent [...] les abeilles, et ça a même causé la mortalité de plusieurs ruches», a expliqué mercredi Carole Huppé, propriétaire de la Miellerie Lune de miel à Stoke, en banlieue de Sherbrooke, en Estrie.

À la Miellerie Lune de Miel, qui compte 400 ruches, on estime avoir perdu 20 % d'entre elles cet été.

«C'est beaucoup à rattraper. On espère que les abeilles vont être capables, mais ça va être difficile», a ajouté Mme Huppé.

Conséquence: la production de miel est retardée. En Estrie, on estime que le rendement sera inférieur à la moyenne québécoise.

«On voit une diminution de production... Pour la première miellée, je dirais qu'on a facilement entre 30 % et 50 % de pertes», a soutenu Alain Perras, directeur régional de la Financière Agricole.

La Financière Agricole indemnise les apiculteurs selon différents critères. Les pertes doivent s'élever à au moins 15 %.

«On a [ouvert quelques avis de dommages], mais pour l'instant, on n’a fait aucune indemnisation», a précisé M. Perras.

«Selon la récolte, c'est ce qu'on va faire, oui», a dit Mme Huppé.

Difficile de prévoir de quel ordre sera l'aide financière.

«On a encore l'espérance pour un bel automne», a indiqué Carole Huppé.

Read more...

views : 222 | images : 1 | Bookmark and Share

Enter your comment below