Un médecin plaide coupable d’avoir mal évalué sa patiente

Un médecin de Rouyn-Noranda a plaidé coupable hier devant le Collège des médecins puisque sa patiente est décédée quelques heures seulement après qu’il lui eut donné son congé par téléphone sans même la voir.

Le Dr Alexandre Viau pourrait être suspendu pour une période de trois mois pour ne pas avoir « évalué adéquatement sa patiente ». Il s’agit de la suggestion commune faite au conseil de discipline du Collège des médecins qui a pris l’affaire en délibéré pour rendre un jugement. Il n’est pas obligé de suivre la recommandation et a 90 jours pour rendre sa décision.

Emanuelle Corbeil-Châtillon est décédée à l’âge de 27 ans le 2 janvier 2014 après que son chirurgien, le Dr Alexandre Viau, eut annulé par téléphone un drainage. Un abcès était apparu à la suite d’une intervention chirurgicale.

Celle qui était travailleuse sociale spécialisée en psychiatrie dans le réseau de la santé avait été opérée le 11 décembre 2013 par le Dr Viau afin de soigner une appendicite.

Son état de santé s’est détérioré à la fin du mois de décembre. Elle souffrait de forts maux de ventre du côté où elle avait subi l’opération.

Drainage annulé

À l’urgence, un examen confirme l’existence d’un abcès le 30 décembre et on lui donne un rendez-vous le lendemain pour un drainage.

Le 31 décembre, le Dr Viau annule le drainage après avoir consulté un collègue, car selon eux, il ne s’agirait plus d’un abcès.

Le 1er janvier, la patiente se présente de nouveau à l’hôpital où on lui fait des prises de sang. Les résultats sont transmis au Dr Viau.

Pendant que Mme Corbeil-Châtillon est à l’hôpital, elle reçoit un appel en avant-midi du Dr Viau, qui décide d’annuler une fois de plus le drainage et qui lui donne son congé.

Elle est décédée dans son sommeil 12 heures plus tard.

Dans son rapport, le coroner avait conclu que la femme était morte d’un choc septique, soit un problème grave qui survient lorsqu’une plaie est infectée. Il avait soulevé plusieurs lacunes dans les actions du Dr Viau, notamment l’annulation du drainage, qui aurait pu sauver la vie de sa patiente. Il avait recommandé au Collège des médecins d’ouvrir une enquête.

Poursuite civile

Contactés par Le Journal, les parents de la victime ont préféré ne pas commenter immédiatement la décision du Dr Viau de plaider coupable. Le père a indiqué qu’il préférait songer à une réponse appropriée avant de réagir.

En 2016, la famille et le conjoint de la victime avaient intenté une poursuite au civil pour près de 700 000 $ contre le Dr Viau et le Dr Guy Faribault. Le dossier s’est toutefois réglé hors cours en 2017. Les détails de l’entente n’ont pas été révélés.

views : 539 | images : 1 | Bookmark and Share

Enter your comment below