Elle happe une adolescente de 13 ans lors d’une course folle

Une chauffarde saoule, qui a blessé une adolescente de 13 ans lors d’une série de collisions au volant d’une Cadillac de luxe, pourrait s’en sortir avec de la prison les fins de semaine.

« La mère et sa fille marchaient sur le trottoir quand elles ont été frappées par une voiture, c’était tellement incroyable ! », peut-on lire dans une déclaration de victime déposée à la cour, hier, dans le dossier de Stéphanie Fryer.

Fryer, 49 ans, avait plaidé coupable à une kyrielle d’accusations relatives à la conduite avec facultés affaiblies et des délits de fuite, en plus de méfaits, de refus d’obtempérer et de voies de fait sur un policier.

Sur le trottoir

L’affaire s’était déroulée en août 2014, dans l’arrondissement de LaSalle, à Montréal. En après-midi, Fryer a pris le volant d’une rutilante Cadillac Escalade, même si elle n’avait pas de permis de conduire.

À peine sortie du stationnement, la femme a immédiatement heurté une voiture en mouvement. Plutôt que de s’arrêter, elle a continué sa route pour happer successivement deux véhicules stationnés.

Fryer n’a toutefois pas cru bon de descendre de son VUS, car quelques minutes plus tard, elle fonçait dans un escalier en bois. Malgré toutes ces collisions, elle a tout de même poursuivi son chemin, rentrant cette fois dans un poteau de signalisation.

Déterminée à poursuivre sa virée folle, la conductrice a continué à rouler, happant cette fois une adolescente de 13 ans qui marchait sur le trottoir aux côtés de sa mère.

Crachat sur un agent

La course de la chauffarde s’est terminée lorsqu’elle a percuté un arbre de plein fouet. À l’arrivée des policiers, Fryer a refusé de souffler dans l’ivressomètre, en plus de cracher sur un agent pour manifester son mécontentement d’être arrêtée.

L’adolescente n’a pas été grièvement blessée. Elle a eu des douleurs au cou et à la tête, mais elle continue d’être traumatisée par les événements.

« Ça l’affecte beaucoup, elle a des cauchemars où elle se fait frapper par des voitures », indique la déclaration de victime.

L’ado et sa mère n’osent presque plus sortir de chez elles, au cas où un événement du genre arrive à nouveau.

Lors de l’audience d’hier, au palais de justice de Montréal, la défense a fait savoir qu’elle souhaite à Fryer d’éviter une trop longue peine de prison.

« Nous demanderons 90 jours à purger de façon discontinue et une probation avec de strictes conditions », a annoncé l’avocat de la défense, Alan Guttman.

views : 489 | images : 1 | Bookmark and Share

Enter your comment below